Extraits du blog d'Emmanuelle... pour vous inciter à aller lire le reste vous-même !

"Au 15em étage, Lnoppen Asia (25/11/2006)

Donc, nous travaillons. A 9 heures pétantes chacun est à son poste. A partir de 11 heures, Christine, la réceptionniste, nous demande tour à tour si nous déjeunons ici et ce que nous voulons. En fait, les Chinois ne se posent pas la question de prendre l'air: ils restent dans les bureaux. Donc, ils choissisent parmis plusieurs menus ce qu'ils souhaitent pour leur repas. Christine est géniale, elle a compris que ma seule exigence est poisson et fruit de mer et j'ai à chaque fois un repas différent. Bien sûr, il y a du riz et au moins 2 - 3 variété de légumes. Selon le restaurateur, je trouve souvent un accompagnement : un bol (verre en plastique scellé) de bouillon avec herbes, champignons et autres végétations qu dansent dedans), un yahourt, un fruit. Le tout pour 10 à 15 kuis (1 à 1,5 euros - eh, oui ! - livré encore chaud).

A 12 h 30 pétante, un ordinateur se met à chanter (je ne sais pas qui a programmé ça) et tout le monde saute de sa chaise et se précipite vers le coin repas (car nous avons au 15em un coin repas que tout Lnoppen nous envie), ouvre sa boîte repas, "casse" ses baguettes jetables et mange debout. Sauf Will et moi, sur le sofa toujours libre. Tout le monde papote en même temps, c'est sympa. Et puis, soudain,ils ont tous terminés très vite, retournent à leur place et... silence.. je lève ma tête de mes arêtes de poisson et je les vois affalés sur leurs dossiers, en train de dormir ! Ce n'est pas systématique, mais pas exceptionnel non plus.

A 13 h 30, le chanteur s'éteint tout seul et la parenthèse enchantée avec. Autant tous cessent leur activité comme d'un commun accord à l'heure pile-pile, autant ils reprennent leur tâche ensemble. Alors, je fais comme eux. Si jamais je suis en pleine discussion avec Joy, elle coupe court car "il est temps". "Bon, ben, ok!"

_________

L'ascenseur...

"... je vais parler des ascenseurs, car c'est un phénomène qui m'impressionne vraiment et, à l'usage, j'ai pu faire des constats ethno-scientifiques intéressants.

Un jour je me rend au 23em étage et, fait exceptionnel, me retrouve SEULE dans l'ascenseur. Alors, au lieu de regarder les lumières qui ornent le plafond, je regarde le tapis rouge. Tiens, il y  a des grandes lettres (caractères dorés)... ... ("... " c'est le temps dont j'ai besoin pour décoder les trois caractères). Tiens, c'est écrit "vendredi", et nous sommes... vendredi, tiens, comme c'est rogolo...

Non, je ne rêve pas ! Ils changeraient de tapis tous les jours ? !!!

Ben oui, j'ai vérifié, c'est bien ça."

___________________________________________________________________________________________