03.03.2008 18:10

La végétation est de plus en plus soumise au stress

Le Jardin botanique national de Belgique de Meise a à nouveau lancé lundi un cri d'alarme concernant le réchauffement climatique: les températures élevées qui arrivent de plus en plus tôt dans l'année perturbent de plus en plus la nature. "En gros, on peut dire que la végétation est soumise au stress", affirme Koes Es, du Jardin botanique.

"Les plantes et les animaux doivent aujourd'hui tenir compte d'un mélange de menaces qui, pour la première fois de l'histoire, surviennent toutes en même temps", explique-t-il. La nature doit déjà faire face à la pollution du sol, de l'air et de l'eau et au morcellement du territoire. Les changements climatiques viennent donc s'y ajouter. "C'est sans doute la goutte d'eau qui fait déborder le vase", commente Koes Es. "Pour certaines espèces de plantes, il est déjà trop tard." "La nature est en pleine tourmente. C'est comme une toile d'araignée: si on tire un de ses fils, toute la toile se défait", poursuit Koes Es. (TAS)

___________________________________________________________________________________________

Une "Arche de Noë" verte voit le jour en Arctique.

Une "Arche de Noé verte" abritant des semences des principales cultures vivrières va être inaugurée ce mardi en plein coeur de l'Arctique, mettant l'humanité à l'abri d'une extinction d'espèces essentielles à sa survie.

Censée protéger la diversité végétale contre le changement climatique, les guerres, les catastrophes naturelles et l'incurie des hommes, la nouvelle réserve de semences, surnommée par certains le "coffre-fort de l'apocalypse", pourra abriter jusqu'à 4,5 millions d'échantillons, deux fois plus que le nombre de variétés existant dans le monde, selon le Fonds mondial pour la diversité des cultures (GCDT) à l'origine du projet.

Diversité
Creusée dans une montagne de l'archipel norvégien du Svalbard (Spitzberg), l'"Arche de Noé verte" sera inaugurée par la militante écologiste kényane et prix Nobel de la paix Wangari Maathai et par le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg. En présence du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, Mme Maathai et M. Stoltenberg déposeront symboliquement quelques graines de riz dans l'une des trois chambres froides de l'entrepôt ultra-sécurisé, à un petit millier de kilomètres du pôle Nord.

Il existe actuellement plus de 200.000 variétés de riz ou de blé, mais cette diversité disparaît rapidement sous l'effet des maladies, du changement climatique ou des activités humaines. Selon le GCDT, la diversité génétique est indispensable pour mettre au point des cultures résistant aux maladies, plus nutritives, moins consommatrices d'eau et d'engrais, et capables de s'adapter au réchauffement climatique.

Disparition
La nouvelle réserve de semences fera office de filet de sécurité, accueillant dans des conditions optimales, à -18°C, des duplicatas de graines déjà stockées dans les quelque 1.400 banques de gènes déjà existantes. Les Etats et institutions resteront propriétaires de leurs graines et pourront récupérer les échantillons si une culture venait à disparaître dans son milieu naturel. La réserve de semences a coûté environ 6 millions d'euros, pris en charge par la Norvège.

Faisant deux fois la taille de la Belgique pour une population de 2.300 âmes, le Svalbard --où, paradoxalement, aucune culture ne pousse-- est considéré comme l'endroit idéal: isolé mais accessible, froid toute l'année et politiquement stable. Son sol gelé en permanence assure à la réserve de semences un minimum de fraîcheur même en cas de défaillance du système de refroidissement conçu pour maintenir une température de -18°C, optimale pour la conservation des graines de blé, soja ou riz stockées sur des étagères dans des sachets hermétiques.

Protection
Perchée à 130 mètres au dessus du niveau de la mer, la nouvelle Arche est à l'abri d'un "déluge" lié à la fonte des glaces. Dans son cocon de parois en béton armé et de portes blindées, on la dit aussi capable de résister à un missile nucléaire ou à une chute d'avion. Une armure pas inutile dans une région qui a été frappée jeudi par un séisme d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, le plus fort séisme de l'histoire de la Norvège.

___________________________________________________________________________________________